Actualités

Conseil municipal de Ciboure : démission de Dominique Duguet, adoption de la charte éthique de l’élu local, la mise en place d’un système de garde pour les enfants de l’école Aristide Briand

Le Conseil municipal de Ciboure s’est réuni jeudi soir le 17 septembre, à l’espace polyvalent.

A l’ordre du jour, parmi les affaires courantes de gestion, on retiendra notamment l’adoption de la charte éthique de l’élu local, que la nouvelle équipe a souhaité adopter et la démission du Dominique Duguet ; de plus, parmi les questions diverses, Leire Larrasa, 1ère adjointe au Maire en charge de l’enfance et de la jeunesse, a répondu de façon complète et exhaustive sur la situation Covid dans l’école Aristide Briand.

 

Démission de Dominique Duguet, remplacée par Michel Péry

Dominique Duguet a démissionné de son mandat de conseillère municipale de l’opposition, elle est remplacée par Michel Péry, qui a exprimé sa satisfaction d’occuper ses nouvelles fonctions.

 

Adoption de la charte de l’élu local

La charte d’élu local était une promesse que la nouvelle équipe s’était faite à elle-même, pour marquer son engagement vis-à-vis des citoyens cibouriens. Son projet avait été au préalable transmis à l’ensemble des élus majorité et opposition, afin que chacun puisse y apporter des amendements, ce qui avait été fait.

Elle va plus loin que la charte de l’élu local, dont le législateur a rendu la lecture obligatoire lors du conseil municipal d’installation ; en effet, le fait qu’elle soit votée par délibération lui donne plus de force en engageant de façon plus solennelle les élus.

Entre autres, on retiendra que l’élu s’engage à respecter un devoir de réserve sur les informations confidentielles liées à l’exercice de sa fonction, à être à l’écoute de tous les citoyens tout en les informant régulièrement sur la gestion de la collectivité.

Enfin, la formation est positionnée comme un outil indispensable de tout élu. « Ce n’est pas parce que nous sommes élus que nous n’avons pas besoin de nous former, pour suivre les évolutions juridiques, démocratiques, etc., de notre société. La mise à jour régulière de nos connaissances est essentielle pour que nous puissions être pertinents dans notre politique locale », explique le maire.

Elle est retransmise ici.

Charte éthique de l’élu municipal

  • Engagement d’assiduité et de présence

L’élu municipal participera aux réunions du conseil municipal et des commissions dans lesquelles il est inscrit. Il s’intéresse à la vie locale et communautaire et contribuera à les améliorer.

  • Engagement d’écoute et d’information

L’élu municipal est à l’écoute de tous les citoyens, dans leur diversité. Cet engagement d’écoute vaut autant en direction des citoyens que pour les employés municipaux, les associations et les entreprises locales. L’élu contribue à l’information des citoyens sur les projets en cours et les actions menées.

  • Engagement de devoir de réserve

L’élu municipal veille à ne pas communiquer toute information confidentielle qui pourrait être portée à sa connaissance dans le cadre de sa fonction.

  • Engagement des attributions de chacun, de transparence

L’élu municipal s’engage à rendre compte de son travail mené aussi bien collectivement qu’individuellement dans ses commissions et délégations. Il en organise l’évaluation permanente en s’appuyant sur le travail des services communaux relevant de son champ de compétence.

  • Engagement de respect et de dignité

L’élu municipal défend la dignité de l’être humain et lutte contre toutes formes de discriminations. Il respecte les autres élus, défend l’équité de chaque citoyen dans l’accès aux services de la ville, en rejetant catégoriquement le clientélisme et le favoritisme.

  • Engagement de rigueur

L’élu municipal exerce ses fonctions avec rigueur et intégrité. Il s’engage à ne pas utiliser sa fonction pour favoriser son propre intérêt ou celui d’un proche.

  • Se former tout au long du mandat

Chacun est amené à se former tout au long de sa vie professionnelle. De la même façon, un élu se doit d’actualiser ses connaissances et s’enrichir en permanence de nouvelles expériences pour rester efficace. Chaque élu, suivant les compétences qu’il exerce construira son parcours individualisé de formations.

L’ouverture d’un service minimum, sous condition, pour les élèves de l’école Briand.

En début de semaine, 3 élèves de l’école Aristide Briand étaient testés positifs au covid-19, ce qui a entraîné la fermeture de l’école Aristide Briand par le Préfet et les services de l’éducation nationale.

Leire Larassa, 1ère adjointe en charge de l’enfance-jeunesse, a souhaité rappeler le contexte, en spécifiant bien que la fermeture d’un établissement est étudiée au cas par cas par les services de l’Etat (Préfecture, Agence régionale de santé, éducation nationale) :

« Sur l’école du Centre à Saint-Jean-de-Luz où 1 enseignant a été testé positif, il a été décidé de fermer une classe. Les élèves de cette classe ont été identifiés comme cas contacts, contrairement aux élèves des deux autres classes. Mais l’ensemble des personnels, enseignants et ATSEM, ont eux aussi été considérés comme cas contacts et ont été isolés. L’Education Nationale n’ayant pas de moyens de remplacement immédiats pour accueillir les élèves des deux classes, la mairie a décidé d’ouvrir un accueil minimum en dehors de l’école. Sans enseignant, l’école est fermée et l’accueil se fait en structure de loisirs.

A Ciboure, 2 enfants ont été testés positifs en fin de semaine dernière. Cela a entraîné dans un premier temps la fermeture des deux classes, les autorités compétentes considérant que l’ensemble de ces élèves et les deux enseignants sont des cas contacts.

Puis un troisième cas positif a été déclaré, dans la dernière classe ouverte. M. le Préfet a donc, par arrêté préfectoral, fermé l’école, considérant que l’ensemble des enfants scolarisés à Aristide Briand et les 3 enseignants sont tous des cas contacts. Hier soir, un sixième enfant a été testé positif, et un septième aujourd’hui. En raison de ce nouveau cas, l’ARS, en accord avec l’inspection académique, considèrent l’école Aristide Briand comme « foyer épidémique ».

Nous sommes ici face à un enjeu de santé publique et nous sommes totalement conscients que cette situation inédite entraîne des difficultés organisationnelles importantes pour les familles.

Ce matin, l’ARS nous a confirmé la possibilité d’organiser un service d’accueil minimum, uniquement pour les enfants ayant réalisé le test à J+7 et dont le résultat est négatif. »

Sur les 67 élèves de l’école, 20 ont été testés, et 13 sont négatifs. Ils peuvent donc être accueillis dès ce vendredi 18 septembre dans le cadre du service minimum, mis en place de 8h à 18h dans les locaux de l’accueil de loisirs de Socoa.

Ce service minimum peut être mis en place à compter de vendredi 18 septembre, et pas avant (délai des 7 jours à respecter). Cependant, des conditions doivent être respectées :

  • Il est ouvert aux familles n’ayant pas d’autre mode de garde, si les deux parents travaillent ;
  • Il est ouvert seulement aux enfants ayant été testés négatifs à J7

Ce service a été proposé aux parents par mail, mais au moment de la rédaction de cet article, aucune famille ne s’est encore manifestée.

En conclusion de cette explication, Leire Larrasa et Monsieur le Maire ont souhaité souligner l’engagement des services municipaux et ont vivement remercié les services enfance-jeunesse et ressources humaines pour leur réactivité.