Actualités

Coronavirus : vigilance sur les violences domestiques

Depuis le 16 mars, le confinement est mis en place en France ; en parallèle, les services de l’aide sociale à l’enfance sont sur les dents. A cette occasion, certains enfants sont malheureusement confinés avec leurs parents maltraitants. L’école ou le centre de loisirs, qui pouvaient être des refuges momentanés, ou des périodes d’écoute ou de découverte de la situation, ne sont plus disponibles. Pour les femmes violentées, la situation est identique.

Ainsi,  les appels au 119, le numéro pour les enfants et les adolescents en danger, ont malheureusement augmenté de 20% lors des trois premières semaines de confinement, par rapport aux trois précédentes, a précisé jeudi 9 avril le secrétaire d’Etat à la Protection de l’Enfance, Adrien Taquet. De même, les violences conjugales ont augmenté de 32% en zone gendarmerie et de 36% dans la zone de la préfecture de police de Paris, pendant la première semaine de confinement, a annoncé le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner. Il ne s’agit ici que des violences déclarées, nombreuses sont celles qui restent cachées, mais pour autant sournoisement bien présentes.

Comment agir en urgence, et sauver des vies ?

En cas d’urgence (coups, cris, scène de violence en cours) : contactez le 17 (police).

En cas d’urgence médicale, contactez le 15 (Samu).

Je veux interpeller sans éveiller les soupçons : SMS au 114

Si vous ne pouvez pas appeler sans éveiller de soupçons, envoyez un SMS au 114.

Un signalement est aussi possible en ligne sur appel.urgence114.fr. Les opérateurs de ce numéro préviendront les forces de l’ordre en leur transmettant vos coordonnées et ces dernières pourront intervenir si besoin.

Comment déclarer une situation hors contexte de danger immédiat ?

Pour un enfant ou un ado victime de violences (verbales, physiques, sexuelles, etc.) : appelez le 119

  • Composez le 119 : « Allô enfance en danger » est joignable 24 heures/24 et 7 jours/7. Il est gratuit et n’apparaît pas sur les factures téléphoniques.
  • Demandez de l’aide en pharmacie.

Pour une femme victime de violences : appelez le 3919

  • le 3919 est à l’écoute des femmes pour donner des conseils juridiques : du lundi au samedi de 9 heures à 19 heures. Il est gratuit et n’apparaît pas sur les factures téléphoniques.
  • Le site arrêtonslesviolences.gouv.fr permet de signaler en ligne des cas de violences sexuelles et sexistes, 24 heures/24 et 7 jours/7, sans laisser de traces dans l’historique. Des policiers et des gendarmes formés prennent votre signalement et peuvent déclencher des interventions. Depuis le 26 mars, la police nationale dispose également d’un tchat, accessible tous les jours entre 8 heures et 21 heures, grâce auquel vous pouvez signaler votre situation et demander conseil.
  • Demandez de l’aide en pharmacie, vous serez accompagnée.

Pour me protéger et protéger les autres, et ainsi freiner la contagion au Coronavirus, respectez scrupuleusement les consignes nationales de sécurité :

  • se laver les mains toutes les heures : au savon et à l’eau pendant 30 secondes ou avec un gel hydroalcoolique
  • tousser ou éternuer dans son coude
  • utiliser un mouchoir à usage unique et le jeter
  • saluer sans embrassade ou poignée de main
  • limiter les déplacements au strict nécessaire (alimentation, médecin ou pharmacie, travail quand le télétravail n’est pas possible)
  • favoriser le télétravail
  • éviter les rassemblements amicaux et familiaux

Les gestes pour ralentir l'épidémie