Actualités

8 mars 2022, et tous les autres jours de l’année :

Faisons de ces journées celles de l’égalité !

A l’occasion de la journée internationale des droits de la femme ce 8 mars, la municipalité cibourienne tient à afficher un message de soutien fort à toutes les femmes.

Sur le terrain de la vie professionnelle, la progression est lente.
30% des femmes ont déjà été harcelées ou agressées sexuellement sur leur lieu de travail.
En moyenne, le salaire des femmes reste inférieur à celui des hommes (- 22% !), et l’accès à la fonction de cadre reste largement inégalitaire : 43% des cadres sont des femmes, bien que celles-ci soient plus diplômées (53 % des femmes ont validé un diplôme de l’enseignement supérieur contre 46% des hommes). Et la majorité d’entre elle exerce une activité professionnelle (68 % de femmes / 75% d’hommes)[1].
Enfin, le congé paternité, même s’il a été allongé à 25 jours calendaires au lieu de 11 jours, reste largement inférieur à celui des femmes (112 jours), sorte de reconnaissance légale de l’inégalité.
En comparaison, la Suède avait fait le choix, dès 1974, d’accorder un congé parental égalitaire, permettant d’une part de lever l’idée selon laquelle une femme est mieux disposée à s’occuper d’un enfant, et d’autre part de sécuriser professionnellement les femmes quant à leur projet de parentalité. En effet, quand la durée du congé parental est la même pour les hommes et pour les femmes, ces dernières ne sont plus désavantagées au niveau professionnel, que ce soit dans le cadre d’une embauche ou de la gestion d’une carrière.

Dans les foyers, un rééquilibrage semble s’amorcer sur la répartition des tâches, notamment chez les jeunes générations de couple : entre 2005 et 2017, la part du modèle paritaire (tâches équilibrées) est passé de 37 à 45%, devenant ainsi majoritaire, et celle du modèle moderne (la femme est moins impliquée que l’homme) est passée de 14 à 19%. La part des couples traditionnels (la femme est plus impliquée que l’homme) a reculé de la moitié à un tiers[2].
Néanmoins, l’arrivée d’un enfant dans un couple continue à avoir une incidence sur l’activité professionnelle des femmes, et donc à la gestion des tâches domestiques : encore en 2018, les femmes sont plus fréquemment inactives aux âges correspondant à l’arrivée de leurs enfants, ce qui n’est pas le cas pour les hommes.

Néanmoins, en France, mais aussi dans le monde, les lignes commencent à bouger de façon plus significative ces dernières années, notamment avec les nombreux hashtags internationaux qui libèrent la parole des femmes pour lever les tabous dans tous les domaines de leur vie.

La lutte pour l’égalité femmes-hommes doit continuer, ce 8 mars mais aussi tous les jours de l’année !

De façon symbolique, la ville de Ciboure se pare donc des couleurs de la journée internationale des droits de la femme en reprenant le visuel de l’agglomération Pas Basque sur ses différents supports et outils de communication.

Rappel :

La municipalité rappelle que face aux violences, chacune et chacun doit se sentir concerné et doit réagir pour les stopper, que ce soit au travail, à la maison, dans l’espace public.

Victime, témoin, et même agresseur, pour sortir du cercle de violence, le premier moyen d’action reste le numéro gratuit et anonyme : 3919 (disponible 24h/24 et 7j/7).
En cas d’urgence vitale, appelez le 112.
Et au niveau local, vous pouvez contacter :

  • VIE (Violence, Information, Écoute) Sagardian Saint-Jean-de-Luz : 06 41 02 52 87
  • Unité de victimologie CHCB Hôpital de Bayonne : 05 33 78 81 37

[1] Source : INSEE, cahiers de l’égalité, 3/03/2022
[2] Source : https://www.observationsociete.fr/structures-familiales/taches-domestiques-legalite-progresse-dans-les-jeunes-couples/, 26/04/2021