Actualités

Les Pyrénées-Atlantiques en zone d'alerte, ce qui change dès ce lundi

Face à la dégradation de la situation épidémiologique dans certains territoires, le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, a annoncé de nouvelles restrictions pour les deux prochaines semaines dans les 69 départements classés en zone d’alerte (ou zone rouge), tel que celui des Pyrénées-Atlantiques.
De nouvelles restrictions qui s’appliqueront selon que les territoires sont classés en « zone d’alerte » (qui correspondait à l’ancienne zone rouge), en « zone d’alerte renforcée », en « zone d’alerte maximale » ou, dans le pire des scénarios, en « état d’urgence sanitaire ». Ce nouveau classement a été établi à partir de trois indicateurs : le taux d’incidence en population générale, le taux d’incidence chez les personnes âgées (65 ans et plus) et la part des patients dans les réanimations.

« Zone d’alerte » : les restrictions appliquées
Soixante-neuf départements, dont les PA, sont désormais classés en zone rouge, rebaptisée zone d’alerte. Si le taux d’incidence, c’est-à-dire le nombre hebdomadaire de contaminations au covid-19, a franchi, dans ces départements, le seuil critique des 50 cas pour 100 000 habitants, « il n’y a pas de circulation intense du virus chez les personnes âgées et un impact qui n’est pas fort sur les réanimations », a rassuré Olivier Véran.
Néanmoins, d’ici le 28 septembre, les rassemblements, tels que les mariages, les tombolas, les anniversaires, les communions, les événements associatifs dans les salles polyvalentes ou les salles des fêtes, seront limités à 30 personnes. Les mariages prévus ce samedi ne devraient donc pas être concernés par cette réduction de seuil. D’autres mesures restrictives pourront être prises par le préfet, en concertation avec les élus locaux.

11 métropoles en « zone d’alerte renforcée » 
Dans les zones « d’alerte renforcée », on constate, au contraire, que le virus circule « très fortement », y compris chez les personnes âgées, et que les dommages sur le système de santé se font sentir. « Le taux d’incidence est supérieur à 150 cas pour 100 000 et supérieur à 50 cas pour 100 000 chez les personnes âgées ».
C’est pourquoi, dès samedi, de nouvelles restrictions s’imposeront dans les métropoles de Bordeaux, Lyon, Nice et désormais Lille, Toulouse, Saint-Étienne, Rennes, Rouen, Grenoble, Montpellier, Paris et les départements de la petite couronne. La jauge des rassemblements sera portée à 1 000 personnes (salons professionnels par exemple). Les grands événements déclarés, comme les fêtes locales ou les fêtes étudiantes, et les rassemblements de plus de 10 personnes dans les parcs ou les plages seront, quant à eux, interdits.
Dès lundi, les bars fermeront au plus tard à 22 heures (l’horaire de fermeture est décidé par le préfet en concertation avec les élus). Les salles des fêtes et les salles polyvalentes ainsi que les salles de sport et les gymnases, lieux de contamination importants, seront, eux aussi, fermés. Olivier Véran n’a pas dit, en revanche, quel sort sera réservé aux piscines.

Dans ces 11 métropoles, par ailleurs, « le télétravail doit être favorisé autant que possible, en particulier pour les publics vulnérables », a ajouté Olivier Véran. Dans les établissements d’hébergement des personnes âgées dépendantes (Ehpad), les visites sur rendez-vous vont être rétablies et une politique de dépistage sera mise en place. Pour les personnes âgées vivant à domicile, un numéro d’écoute contre l’isolement a été créé par la Croix-Rouge : 09 70 28 30 00.
D’ici la semaine prochaine, si la situation ne s’améliore pas, Tours, Strasbourg, Dijon et Clermont-Ferrand pourraient rejoindre la liste des métropoles classées en « zone d’alerte renforcée ».

Pour me protéger et protéger les autres, et ainsi freiner la contagion au Coronavirus, respectez scrupuleusement les consignes nationales de sécurité :

  • se laver les mains très régulièrement
  • tousser ou éternuer dans son coude
  • utiliser un mouchoir à usage unique et le jeter
  • saluer sans embrassade ou poignée de main

Les gestes pour ralentir l'épidémie